COMMENT CHOISIR SES LONGUES-VUES ?

Plusieurs types de longues-vues existent sur le marché
- les longues-vues compactes 
- les longues-vues lumineuses 
- les longues-vues à verres spéciaux 
- les longues-vues binoculaires

Les longues-vues sont les compléments idéaux des jumelles. Un bon observateur se déplace avec sa paire de jumelles et sa longue-vue.

 

Avantages des jumelles

Jumelles

Les jumelles sont légères, se portent autour du cou, sont peu encombrantes et très vite opérationnelles. Par contre, leur grossissement est limité. Elles servent pour les promenades, l’approche, le repérage et d’une manière générale dans les cas où la rapidité est primordiale.

 

Avantages des longues-vues

Longue-vue

Les longues-vues sont puissantes, très confortables d’utilisation sur un trépied, la gamme des oculaires interchangeables est assez vaste (zoom, grand angle,..). Par contre, elles sont lourdes, encombrantes, quasi inutilisables sans pied. Elles servent pour les observations postées, lorsque l’approche à courte distance est impossible, lorsque le grossissement prime sur l’encombrement. Elles sont toutefois indispensables pour les observations des animaux.

 

Les diamètres d’objectifs

Les longues-vues de petit diamètre (50 à 65 mm) sont peu encombrantes, légères et compactes. Elles se transportent facilement sur le terrain et offrent une luminosité suffisante en pleine journée. 
Les longues-vues de grand diamètre (66 à 100 mm) sont très lumineuses, idéales pour les observations dans des conditions où la lumière se fait rare. Par contre, elles sont plus encombrantes, lourdes et nécessitent un trépied stable.

 

Les oculaires ou grossissements

Image source Nikon

En général, les grossissements les plus utilisés sont situés entre 15 x et 50 x: ils conservent une bonne qualité optique; au-delà l’image devient plus sombre et moins précise. Sans oublier qu’un rapprochement de 50 x vous permet d’observer un objet situé à 1000 m comme étant à ... 20 mètres (1000 m / 50 x =)!

Les oculaires, lorsqu’ils sont interchangeables, offrent la possibilité de varier le grossissement. Il existe même des oculaires zoom qui permettent de faire varier le rapprochement sans changer d’oculaire, très pratiques. Par contre, ils offrent un petit peu moins de champ qu’un oculaire à focale fixe.

 

Droite ou coudée?

Le modèle coudé, dont l’oculaire est incliné à 45° vers le haut, est le plus utilisé. Les longues-vues coudées offrent une observation aisée des objets situés à quelque hauteur (falaises, arbres, ciel, etc.). Elles permettent, lorsqu’elles sont munies d’un collier rotatif, d’incliner l’oculaire de côté et ainsi d’observer confortablement assis. 
Le modèle droit (visée directe), dont l’oculaire est situé dans l’axe de la longue-vue, permet un bon confort lors d’observations couché, pour le repérage du sujet et lors de vues plongeantes.

 

Luminosité ou le diamètre de la pupille de sortie

C’est le point lumineux rond que l’on observe en regardant la longue-vue à quelques dizaines de centimètres. Techniquement, c’est le diamètre, en millimètres, de l’image de l’objectif donnée par l’oculaire. 
Plus la pupille de sortie est grande, plus la luminosité est importante. Le diamètre de la pupille de sortie se calcule en divisant le diamètre de l’objectif par le grossissement. Exemple: longue-vue 40 x 60, pupille de sortie : 60 / 40 = 1.5 mm, soit tout juste suffisant pour une observation en plein jour.

 

Les verres spéciaux ED, HD ou APO

Lors d’observations à contre-jour avec un instrument standard, on peut observer une frange de couleur bleu et rouge, autour d’une silhouette sombre sur fond clair: c’est l’aberration chromatique. 
Pour corriger ce défaut, les fabricants utilisent un verre spécial (APO, ED, Prominar ED, LO, HD, etc.), la différence entre un verre standard et un verre traité est peu visible avec des faibles grossissements (15 - 30 x), par contre le contraste devient nettement plus évident avec de forts grossissements (40 x, 50 x ou 60 x). 
Ces longues-vues à haute définition sont utiles dans des conditions météo difficiles, pour la reconnaissance des couleurs (ornithologie) et la photo.

 

La qualité optique

 

Pour déterminer la qualité optique de longue-vue, il convient de juger de la distortion de l'image, de la netteté dans les bords du champ, du rendu des couleurs et du piqué de l'image.

 

Le traitement optique

Presque toutes les optique des longues-vues sont traitées avec une couche anti-reflets qui améliore leur transparence. Mais il y a différentes qualités de traitements anti-reflets.

 

Le champ de vision

 

C’est la largeur du paysage observé à travers une longue-vue, mesuré à 1000 mètres de l’observateur. Plus il est grand, plus l’observation est confortable. Il est exprimé en mètres (m) ou en degrés (°). Exemple: 114 m ou 6,5°.

 

Le poids

C’est un élément important à considérer pour les randonnées et les longues observations.

 

Le trépied

Trépieds

 

Toutes les longues-vues ont besoin d’un support pour permettre une utilisation avec un minimum de vibrations. Suivant l’usage que l’on veut faire, on peut prendre un trépied plus ou moins léger, stable, haut, etc. C’est un point à ne pas négliger.

 

La garantie

Un défaut sur un instrument comme une longue-vue, couvert par la garantie, est apparent à la première utilisation. Une garantie pour un très long temps ne signifie donc rien. Les chocs et l'usure ne peuvent pas entrer dans le cadre de la garantie.

 

Le truc de l'ornitho

Il acquiert toujours l'instrument qu'il a essayé et testé et pas celui qui, dans son emballage, peut receler un défaut, qui ne sera plus observable hors salle de tests.